TRAHIR SES DÉMONS

Trahir ses démons. Avancer. Faire face. Au-delà.

Suis-je le seul à connaître un terrible combat intérieur ? Entre ce qu’il faut être, ce que la bienséance voudrait qu’on soit et la capharnaüm de mes pensées.

Je lutte chaque jour contre le rapport conflictuel qui s’entretient en moi. Raison et passion se sont émancipées de toute volonté, de tout maître. Il n’y a plus qu’elles et elles ont raison de moi. Nous sommes tous deux côtés d’une même pièce, et je crois qu’il y a un réel double enjeu en chacun de nous, une authentique binarité : deux yeux, deux oreilles, deux mains, deux pieds, un esprit et un corps, une raison et un ressenti. Éternel indécis, vous comprenez désormais pourquoi. Sans cesse ma raison s’interroge sur les choix que je dois faire tandis que mon ressenti (ce qu’on évoque souvent comme « venir du coeur ») m’en dit le contraire. Je ne peux faire un choix sans me stopper net, briser la temporalité du monde, me figer.

Et ces pensées m’obsèdent, me guettent et me noient. Submergé sous le poids de leur intensité, je me laisse souvent avoir par leur aspect attendrissant, désirable, enviable même. Pourquoi l’obscurité est-elle davantage curieuse que la lumière ? Suis-je seul ici à préférer ce qu’il y a d’enfoui, de presque caché au lieu de ce qui semble clairvoyant, limpide et presque inné ? Je pourrais en effet marcher des heures dans le noir de mes pensées, observer, contempler ce qui finalement m’effraie quand j’arrive enfin à m’en distancer. Mes idées sont brouillées, opaques et c’est tout le temps comme ça. Ce qui me fascine m’abîme. Il y a un côté dérangeant à comprendre que ce à quoi on pense n’est pas moralement stable, éthiquement acceptable. Alors comment s’accepter soi-même quand on n’accepte pas même ses propres pensées ?

Rassurez vous, si vos pensées vous effraient, il s’agit là d’un signe de lucidité. Vous en avez pris conscience, c’est que vous n’êtes sûrement pas (encore) fou. A partir du moment où vous l’avez compris, c’est à vous d’agir.

Choisir une éclaircie au lieu d’une ambiance tamisée, prendre le temps d’avancer sans pour autant s’arrêter. Trahir ses démons qui jouent de vous, leur montrer qu’au final, même s’ils sont bien là, ce n’est pas eux qui gagneront la partie. Se dominer.

2 replies on “ TRAHIR SES DÉMONS ”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.