MIROIR DOULOUREUX

Énième rendez-vous chez ma dermatologue.

5 ans déjà que ça continue.

Le temps est long.

L’acné ça blesse.

Je ne me suis jamais réellement exprimé à coeur ouvert sur le sujet, sur ce qu’est l’acné pour moi, quelle place elle occupe dans ma vie, dans mes choix.

Selon le site passeportsante.net, l’acné se définit comme étant « une maladie de la peau caractérisée par l’éruption de boutons rouges, de points noirs et de kystes. Elle touche le plus souvent le visage et le thorax, mais aussi le dos, le torse voire le cuir chevelu. »

J’ai commencé à avoir de l’acné en quatrième, j’avais alors 14 ans que celle-ci a fini par pointer le bout de son nez sur mon p’tit visage de bébé. Aujourd’hui j’ai 19 ans et elle continue de témoigner de sa sympathie en se montrant sans retenue aucune.

Comme tous les adolescents j’ai commencé à avoir des petits boutons rouges, parfois à têtes blanches, puis s’en est suivi de gros boutons, plus rouges, plus douloureux, plus voyants pour le dire autrement. Il s’agissait de kystes, ou plutôt de micro-kystes.

G É N I A L

Je n’ai jamais connu de moqueries, de remarques sur mon acné, encore heureux me direz-vous car après tout qu’est-ce que les gens peuvent bien avoir à me dire à ce propos ? J’en suis la première victime, je n’ai rien demandé. Mais quand vous avez des boutons, vous avez quasiment chaque jour l’irritable impression que les personnes que vous côtoyez, avec qui vous échangez ne vous regardent plus dans les yeux. Elles scrutent un à un vos boutons, par fascination ou par dégout (c’est sûrement plus ça d’ailleurs) et c’est blessant. Tellement blessant que chaque tentative de vous observer dans le miroir devient un véritable calvaire. Du moins ça l’a été et ça l’est encore un peu aujourd’hui. Au-delà de ce que j’ai, peut-être, l’air de dégager sur les réseaux sociaux, affronter mon regard dans le miroir est synonyme de douleur. Je ne peux littéralement pas me regarder.

A l’heure actuelle où j’écris cet article nous sommes le lundi 29 janvier 2018, je n’ai pas de boutons de sortis, cela s’est calmé depuis une semaine. J’ai quelques marques, rien de méchant. Mais mon propre reflet dans le miroir continue de m’horrifier. Je n’accepte absolument plus de me voir. Alors vous comprendrez que la confiance en soi à de quoi être entachée.

Et c’est sûrement bête, futile et digne d’une véritable paranoïa mais ce que j’ai enduré pendant 5 ans m’a marqué. A tel point que certaines fois je ne pouvais pas sortir de chez moi, de mon lit, en sachant que j’avais un bouton sur le visage. Je ne compte plus les fois où j’ai refusé de voir mes amis, de sortir parce que je n’assumais pas mon acné, parce que je ne m’assumais pas COMME ÇA.

J’ai testé un grand nombre de médicaments par voie orale (Zinc, Tétralysal, etc, et même Roaccutane auquel j’ai mal réagi et que j’ai fini par arrêter) et cutanée (actuellement épiduogel, depuis deux petites années déjà, par périodes). Me dire que 80% des adolescents sont touchés, voire plus, ne me rassure pas non plus. Je m’en fiche. J’ai mal. Je suis blessé. Et j’ai l’impression de ne pas en voir le bout.

L’acné est une véritable maladie, un réel fléau. Beaucoup de mes proches me disent que ça va, « vraiment faut pas t’en faire ta peau est belle », mais je n’y arrive pas. Ce genre de choses n’est pas sans répercussion quand il traine, voire stagne ou régresse. L’impact psychologique n’est pas à omettre. On ne peut se sentir bien tant qu’on n’accepte pas de se voir tel que l’on est. J’ai encore beaucoup de travail à faire et je le sais.

Mais s’il vous plaît, ne prenez pas ça à la légère, réagissez avant qu’il soit trop tard. Prenez soin de vous. N’hésitez pas à consulter un(e) dermatologue avant de faire/mettre n’importe quoi sur votre peau (oui parce qu’à force, et surtout à bout de force, on finit par faire n’importe quoi. J’en sais quelque chose. J’ai eu une période où je perçais mes boutons à l’aiguille. Comme si ça allait arranger les choses, nié).

Prenez soin de vous,

xx paulrndn

petit aperçu gratuit de ce que ma peau peut donner quand elle n’en fait qu’à sa tête

 

7 replies on “ MIROIR DOULOUREUX ”
  1. Lorsque je vois ton article, cela reflète exactement mon cas. De s’abimer la peau pour enlever un petit bouton et garder des traces irrémédiables ensuite.. 9 ans que je me bats contre ces boutons…

  2. Je te comprends entièrement, courage ! J’ai abandonné le miroir pour la même raison et le maquillage par la même occasion.
    Pis tu vois tout le monde autour de toi et t’as l’impression qu’eux ont une peau lisse et parfaite, ou même en fixant le visage de ta fratrie, tu te dis que t’as vraiment pas gagné au change, et c’est un sentiment tellement horrible le ‘pourquoi moi j’ai pas ça?’, des paillettes jetées sur le dos de ma licorne!

  3. Je me retrouve bien dans tes mots. C’est marrant dans mon cas l’acné « sévère » a commencé à la vingtaine (adolescente j’avais les petits boutons occasionnels mais rien de bien méchant), à la fac et parmi des gens qui en général n’avaient plus du tout d’acné. C’est vraiment difficile d’assumer son visage quand on le déteste autant, comme toi je suis passée par de nombreux traitements (dont épiduogel qui a fait des miracles, mais qui a rendu ma peau deux fois pire une fois mon traitement terminé). J’ai arrêté médicaments crèmes et autres du jour au lendemain, j’ai pris soin de ma peau du mieux possible sans l’agresser. L’acné a persisté pendant 2/3 ans, puis elle s’est estompée petit à petit jusqu’à disparaître d’elle-même. Ce qui m’a fait le plus de bien au mental c’était d’arrêter de scruter le moindre centimètre carré de ma peau, de détester ce que je voyais et de me lamenter. Ca paraît facile à dire mais au moment où j’ai commencé à accepter ma peau et à ne plus la regarder/juger, j’ai commencé à aller mieux et elle avec 🙂 Courage à toi

    1. Je suis totalement d’accord avec toi, j’ai commencé à l’accepter et je crois que le psychologique joue beaucoup sur l’acné. Je n’en ai plus du tout (si je puis dire cela comme ça) aujourd’hui, seulement quelques cicatrices. Ça fait tellement du bien. Merci pour tes mots en tout cas, je te fais de gros bisous <3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.